20 avril 2014 - Jour de Pâques - La Résurrection du Seigneur

Rien n’arrête l’Amour

Actes 10,34a.37-43 - Psaume 117,1-4,16-17,22-23 - 1 Corinthiens 5,6-8 - Jean 20,1-9
dimanche 20 avril 2014.
 

Regardez Marie-Madeleine. Elle a vu Jésus enchaîné, condamné, humilié, torturé, défiguré, crucifié, mort et enterré. Tout ce qu’il faut pour horrifier les spectateurs du supplice et les dégoûter absolument du personnage. Ce qui est maintenant dans le tombeau est un cadavre de plus de 24 heures. Et elle continue à l’aimer !

Regardez d’abord Jésus lui-même. Il est entré librement dans sa passion, il a voulu ce sort abominable. Nous détestons nous montrer en situation de faiblesse : malades, vaincus, diminués, déformés, impuissants ou humiliés. Lui, il a supporté d’être exhibé dans cet état aux yeux de tout le peuple, amis et ennemis réunis dans la contemplation de ce spectacle atroce. Les uns navrés et déçus, les autres moqueurs et triomphants. Il l’a fait parce qu’il les aimait, tous, disciples ou bourreaux, traitres, renégats ou persécuteurs ignobles. Il est allé jusque là parce qu’il nous aimait.

Et Dieu l’a ressuscité pour que nous n’ayons plus peur, désormais, que rien n’arrête son amour pour nous : ni nos faiblesses, ni nos péchés. Sachez-le maintenant : quelle que soit votre histoire, les infidélités et les séparations, les crimes et les humiliations qui ont pu la marquer, le Christ aujourd’hui ressuscite pour vous en libérer et vous présenter à lui dans la lumière de son Épouse immaculée, l’Église. L’Apôtre nous dit de nous tourner vers les réalités d’En-Haut. S’agit-il de venir à la messe de temps en temps pour prendre comme un air de ciel avant de retourner à la vie ordinaire faite des bassesses de ce monde ?

Mais voyez le corps du Christ mort et supplicié : il est d’En-haut, et il le demeure. Il nous apprend à ne pas regarder comme font les hommes, séduits par les prestiges de cette terre. Reconnaissez donc en tout homme méprisé l’enfant très chéri du Père qui a donné son Fils pour lui. Voyez-vous vous-même comme cela et jetez-vous à ses pieds de tout l’amour de Marie-Madeleine. C’est ainsi que votre vie cachée en Dieu resplendit à ses yeux de la gloire même de Jésus qui s’est offert en sacrifice pour les pécheurs.

Ne désespérez plus jamais ni des autres ni de vous-même : rien ne peut arrêter la puissance de salut du Ressuscité à l’œuvre dans le monde jusqu’à sa venue dans la gloire. C’est le sens de notre Eucharistie aujourd’hui, comme de toute messe qui rend la Pâque du Christ présente à ce moment de notre temps. Venez chaque dimanche à la messe pour proclamer avec toute l’Église : l’Amour a vaincu la mort ce jour-là, et rien ne l’arrêtera avant le dernier Jour où toute justice sera faite et toute conversion sincère récompensée par la grâce invincible de l’Esprit Saint qui est Seigneur et donne la Vie.

Que Jésus ressuscité soit notre joie aujourd’hui et pour toujours, et rien n’arrêtera notre marche vers l’Amour qui nous attend au bout de l’histoire.