Dimanche 22 juin 2014 - Le Saint-Sacrement du Corps et du Sang du Christ Année A

Je te ferai aimer la musique que j’aime

Deutéronome 8,2-3.14b-16a - Psaume 147,12-15.19-20 - 1 Corinthiens 10,16-17 - Jean 6,51-58
dimanche 22 juin 2014.
 

Cette promesse amoureuse traverse les distances culturelles, car la musique est un langage universel, d’où le succès de la fête d’hier.

La musique ne diminue pas d’être partagée. Tous entendent la même et chacun la reçoit tout entière. Comme la communion ! La grande hostie du prêtre signifie Jésus tout entier. La fraction du Pain montre que Jésus se partage à tous ceux qui en reçoivent un fragment. Et la petite, toute ronde aussi, distribuée à chacun indique qu’il le reçoit tout entier. L’unité ne se perd pas d’être communiquée.

Paroles et musique se marient pour composer le chant. De même, les textes proclamés signifient que le Verbe incarné s’offre à la table de la Parole et du Pain. Ce mariage demande un effort d’attention et de composition. Certains enfants se vouent à la musique pour compenser une difficulté d’expression.

Avant ce stade, les bébés peuvent investir plus ou moins leur énergie dans l’acquisition du langage ou celle de la station debout et de la marche. Les uns marchent tôt et parlent tard, pour d’autres c’est l’inverse.

Mais le but est bien un développement intégral et équilibré de la personne. Quels parents se satisferaient d’un enfant qui parlerait mais ne marcherait pas, ou l’inverse ! De même, si vous venez prendre un air de liturgie en communiant sans écouter la Parole pour pouvoir la vivre et la dire à votre tour, et sans décider de marcher sur les chemins de Dieu et avec lui, à quoi bon ?

Marcher avec Dieu, c’est prier sans cesse et porter en soi l’Évangile pour le mettre en pratique. Et revenir régulièrement à la messe pour le rassemblement de tout le peuple dans l’action de grâce, pour reprendre force et sainteté grâce au sang du Christ versé pour le pardon de nos péchés et à son corps donné pour nous rendre forts et ardents à faire le bien.

Contemplez et adorez l’Amoureux qui dit à chacun : « Viens à ma suite, je te ferai aimer la musique que j’aime, c’est-à-dire l’amour tout-puissant du Père chanté par la multitude des anges. Et tu seras heureux ! »