Dimanche 23 novembre 2014 - Le Christ, Roi de l’Univers

Et vous, vous allez où ? Avec les boucs, ou bien ?

Ézéchiel 34,11-12.15-17 - Psaume 22,1-6 - 1 Corinthiens 15,20-26.28 - Matthieu 25,31-46
dimanche 23 novembre 2014.
 

Pourquoi pas un dimanche matin à 11h ?

Le Seigneur a dit qu’il viendrait. Mais il n’a pas dit quand ni à quelle heure. Alors pourquoi pas maintenant ? Dans ce cas, le moment est venu de faire le tri : il n’y a pas de raison pour que, par coïncidence, vous soyez déjà placés du bon côté. Que chacun de nous se demande donc : « Et moi, je vais à droite ou à gauche ? »

Voyons, Jésus a dit : « Chaque fois que vous l’avez fait... » Or, je l’ai bien fait une fois ou l’autre, de donner quelque chose à quelqu’un qui en avait besoin ou d’aller voir une personne isolée. Donc je vais du côté des brebis, non ?

Sauf qu’il a dit aussi : « Chaque fois que vous ne l’avez pas fait... » Et, là, c’est sûr que je ne l’ai souvent pas fait. Donc je vais avec les boucs ?

Quand même, je ne suis pas pire que la moyenne. Et il ne va pas mettre tout le monde en enfer ! Seulement les très mauvais cas, sans doute. Donc je devrais passer.

Et si c’était l’inverse ? Et si seuls les excellents disciples allaient au ciel ? Ce serait quand même plus digne de Dieu, non ? Mais, alors, mon compte est bon.

Allons, frères, croyez-vous oui ou non que Jésus a donné sa vie sur la croix justement pour les mauvais cas ? Pour que précisément la masse immense de ceux qui sont perdus soit arrachée à la damnation qui est le salaire du péché ?

Si, ayant quelque idée de cette heureuse annonce, je ne vais pas à la messe, je ne prie pas, ni ne cherche à mettre l’Évangile en pratique dans ma vie, c’est que je n’y crois pas.

Mais si je fais tout cela, la messe, la prière et les efforts, et que je n’y crois pas, cela ne me sert à rien !

Si je crois vraiment à l’Évangile, alors bien sûr je vais venir rendre grâce avec toute l’Église le dimanche à la messe, et je vais prier sans cesse et demander constamment l’Esprit saint pour mettre la Parole en pratique.

Mais, surtout, je ferai tous ces efforts de pratique non pour mériter d’aller du bon côté, mais pour remercier celui qui a pris ma place de damné pour que je n’aille pas du mauvais côté que j’avais mérité.

Je ferai le bien non pour faire partie des moins mauvais, mais pour avoir été gracié avec tous les mauvais.

Et je penserai avec compassion à tous les autres mauvais qui ne connaissent pas la bonne nouvelle. Et j’irai la leur annoncer, toujours en action de grâce à Dieu le Père dont l’amour s’est manifesté en Jésus Christ.

Frères, voulons-nous agir selon la parole de notre Roi d’amour pour l’univers par amour pour lui ? Oui, n’est-ce pas ? Décidons de commencer, ou bien de redoubler d’ardeur. Quand ? Eh bien, pourquoi pas un dimanche matin à 11h ?