Université de Quartier - 12 octobre 1995

Nous a-t-on changé la religion ?

1995.
 

En guise de prologue, de mémoire (et sans garantie), voici un poème de Baudelaire :

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant

D’une femme inconnue, et que j’aime et qui m’aime

Et qui n’est chaque fois ni tout à fait la même

Ni tout à fait une autre, et m’aime et me comprend

Car elle me comprend, et mon coeur transparent

Pour elle seule, hélas, cesse d’être un problème

Pour elle seule, et les moiteurs de mon front blême

Elle seule les sait rafraîchir en pleurant

Est-elle brune, blonde ou rousse, je l’ignore

Son nom, je sais pourtant qu’il est doux et sonore

Comme ceux des aimés que la vie exila

Son regard est pareil au regard des statues

Et pour sa voix lointaine et calme et grave elle a

L’inflexion des voix chères qui se sont tues

Si le Génie de la lampe - de la lampe d’Aladin, bien sûr - vous donnait le choix entre un amour d’une intensité inouïe, mais sans lendemain, et un amour pour la vie, mais sans passion, que choisiriez-vous ?

...


19951012 change la religion