Dimanche 7 février 2016 - 5e Dimanche Année C

Le bon pêcheur sait choisir ses poissons

Isaïe 6,1-2a.3-8 - Psaume 137,1-5.7-8 - 1 Corinthiens 15,1-11 - Luc 5,1-11
dimanche 7 février 2016.
 

Donc ici, à première vue, Jésus ne se montre pas bon pêcheur. En effet, il voit deux barques, monte dans l’une par commodité et, dans la foulée, embauche les gens qui se trouvaient dedans. D’ailleurs, si l’on en juge à la parabole du Semeur, il n’est pas non plus bon agriculteur. Car ce dernier choisit avec soin le terrain où il répand le grain : il se garderait bien de le gaspiller sur le chemin, dans les pierres ou au milieu des ronces.

Justement cette parabole nous donne la clef. Il s’agit de l’Évangile de la grâce qui nous appelle à la conversion. Or, la parole divine a le pouvoir de réaliser ce qu’elle dit : celui qui l’accueille en est transformé, Dieu lui-même le convertit et l’arrache à son péché. Ainsi le dispersé se recueille, le dissolu se raffermit dans le bien, le divisé s’unifie en celui qui est Un. Ainsi, le chemin, les pierres et les ronciers deviennent bonne terre. D’ailleurs, si le Seigneur avait attendu que nous le soyons pour semer la Parole en nous, il n’aurait jamais commencé !

De même, ceux qu’il a appelés à le suivre dans le service de l’Évangile, il les a formés lui-même à cette tâche. Sans doute a-t-il jaugé les hommes sur quelques critères élémentaires avant de les élire. Mais le plus décisif et le plus important était ce travail que lui seul pouvait accomplir en eux, et le plus nécessaire de leur part était qu’ils se laissent faire, qu’ils s’offrent généreusement à l’action de l’Esprit. C’est ainsi que, de galiléens ordinaires, ils ont été faits d’excellents pêcheurs d’hommes. Car, de poissons quelconques, il peut faire des oiseaux rares.

Bien sûr, il s’agit ici particulièrement de ceux qu’il a choisis pour être Apôtres avec lui. Mais le principe peut s’étendre aisément à tous. Quand je dis que des poissons sont changés en oiseaux, c’est évidemment une métaphore pour signifier la profonde transformation spirituelle qui s’accomplit par le baptême ou par l’ordination, et non pour suggérer que ces sacrements pourraient faire, comme par magie, d’un gringalet un hercule ou d’un analphabète un universitaire. Les qualités et compétences requises pour tel ou tel type de fonction s’acquièrent de façon naturelle et habituelle.

Donc, n’importe qui ne peut pas devenir n’importe quoi. Mais personne n’est inapte au plus haut service qui soit : servir Dieu et ses frères par une vie sainte, dans la prière et le témoignage incarné de l’Évangile. Et qu’importe pour cela la vie passée, si éloignée fût-elle du droit chemin : il suffit de s’y mettre pour de bon. Si vous avez été baptisé, c’est que le Christ vous a choisi pour la vie éternelle. Croyez à votre vocation baptismale et demandez l’Esprit Saint qui pardonne et sanctifie. C’est lui qui vous assistera dans tous vos efforts pour marcher au droit chemin de l’Évangile.

Et si vous n’avez pas été baptisé, convertissez-vous et demandez à l’Église les sacrements de l’initiation. Elle est constituée pour vous y préparer et vous les accorder avec la générosité et la miséricorde mêmes du Seigneur. N’est-il pas ce pêcheur insensé aux yeux du monde qui ne veut laisser filer aucun poisson, gros ou petit, tenu pour excellent ou vaurien sur la terre ? Car il sait mieux que nous le prix de toute vie humaine : même méprisée et condamnée par les hommes, tenue pour haïssable et vouée à être rejetée avec les déchets, à elle seule elle a motivé le sacrifice du Fils de Dieu venu pour sauver.

Peut-être vous demandez-vous si cela vaut la peine. N’en doutez pas ! Voyez par exemple Saul : sans sa conversion, il aurait peut-être fait une carrière de rabbi en son temps, mais nous aurions sans doute oublié jusqu’à son nom. D’autant que, violent comme il était, il aurait pu mal tourner d’une manière ou d’une autre. Renversé par le Seigneur, il est devenu l’Apôtre Paul, le Docteur des Nations ! Croyez que, qui que vous soyez, la conversion au Seigneur rendra votre vie plus belle et plus intéressante que jamais. Et surtout, vous connaîtrez toujours mieux l’amour merveilleux de Dieu pour vous.

Pêché par le Bon Pêcheur, vous ferez vos délices de la Parole semée par le Bon Semeur, et vous vous laisserez conduire par le Bon Pasteur sur le chemin de la vie en abondance et de la béatitude de ses saints.