Jeudi 25 mai 2017, à Lille pour la 1ère communion d’Apolline - L’Ascension du Seigneur Année A

Elle est trop belle pour ne pas être utilisée

Actes 1,1-11 - Psaume 46,2-3.6-9 - Éphésiens 1,17-23 - Matthieu 28,16-20
jeudi 25 mai 2017.
 

Au contraire, vous avez sûrement à la maison, de ces objets trop précieux ou fragiles pour sortir en dehors des grandes occasions comme, par exemple, le jour de la première communion. Peut-être même que les plus beaux de vos trésors sont si bien gardés qu’ils ne voient jamais le jour. Dommage, non ?

Dommage surtout s’il en est ainsi pour vos biens spirituels. Le jour de la première communion, les grands mots et les grands sentiments sont de sorties à la messe. Ensuite, au repas, s’évoquent encore quelques visées élevées, surtout grâce aux cadeaux pieux. Enfin le lendemain reprend le train-train des recommandations de se tenir bien et d’être gentil.

En tout cas, puisque nous sommes encore à la messe, profitons-en. Vous avez entendu dans la première lecture : « Ce Jésus, qui a été enlevé au ciel d’auprès de vous, viendra de la même manière que vous l’avez vu s’en aller vers le ciel. » Or, le mot grec traduit ici par « manière » signifie d’abord « direction ». Donc il nous est annoncé une venue de Jésus dans le même sens que l’Ascension, c’est-à-dire de la terre vers le ciel. De quoi s’agit-il ?

Les “deux hommes en vêtements blancs” qui parlent, dans le contexte de l’évangile de Luc, évoquent Moïse et Élie, apparus avec Jésus à la Transfiguration. En effet, la Loi et les prophètes sont la prophétie de la Pâque du Seigneur : les souffrances du Messie, son élévation sur la croix, sa résurrection, son entrée dans la gloire (l’Ascension) et l’envoi de l’Esprit Saint (la Pentecôte). Donc, à partir de la Pentecôte, Jésus vient en montant de la terre au ciel selon le même mouvement que celui de l’Ascension car l’Esprit Saint nous fait devenir Christ. Comme vous l’avez entendu dans la lettre aux Éphésiens, Dieu déploie pour nous « la force même qu’il a mise en œuvre dans le Christ quand il l’a ressuscité d’entre les morts et l’a fait asseoir à sa droite dans les cieux » pour que meure en nous le vieil homme avec ses péchés, ses doutes et ses convoitises, et que nous soyons recréés dans la justice et la sainteté de la vérité.

Nous renaissons d’en haut ensemble en Église jusqu’à réaliser « l’accomplissement total du Christ ». C’est vrai aussi de chacun personnellement dans la mesure où il se laisse sanctifier. Jésus vient vraiment lui-même quand nous devenons lui. Au baptême le prêtre dit : « Tu es devenu une création nouvelle, tu as revêtu le Christ. » Et nous chantons : « Devenez ce que vous recevez ». Si vous communiez, chers enfants, c’est pour devenir le Christ au milieu du monde, pas moins. Et votre vie sur la terre est déjà cachée avec le Christ dans le ciel.

Je vous le disais, voilà de grands mots ! Comment cela peut-il se réaliser dans la vie de tous les jours ? Très simplement par l’humilité et la charité qui étaient aussi la façon de Jésus d’être Fils de Dieu pendant sa « vie cachée ». Se tenir bien et être gentil, ce peut être héroïque et magnifique, même si cela ne fait pas beaucoup de bruit. Les plus beaux et les plus précieux trésors de notre vie dans l’Esprit « sortent » tous les jours dans les plus humbles services de la vie chrétienne.

La communion avec Dieu est trop belle pour ne pas servir tous les jours, chers amis, ne l’oublions jamais et demandons-le sans cesse dans la prière confiante.