Dimanche 21 janvier 2018 - 3e dimanche Année B

Pourquoi tout laisser tomber ?

Jonas 3,1-5.10 - Psaume 24,4-9 - 1 Corinthiens 7,29-31 - Marc 1,14-20
dimanche 21 janvier 2018.
 

D’un côté, il peut s’agir d’un renoncement synonyme d’échec et de déception. De l’autre, au contraire, l’abandon de toute occupation précédente résulte de l’enthousiasme et de la passion pour un élément nouveau. Tel est manifestement le cas pour les Apôtres.

C’est aussi la tonalité de l’exhortation de saint Paul dans la deuxième lecture qui commence par cette étonnante déclaration : « Ceux qui ont une femme, qu’ils soient comme s’ils n’en avaient pas ». Ironie du sort, c’est aujourd’hui que les jeunes couples animent la messe !

Il faut replacer les textes dans leur contexte. Dans les années 40, Paul et les autres chrétiens attendent la venue du Seigneur d’un moment à l’autre : il n’est donc pas « utile » de se marier. Seuls comptent le Royaume, son annonce et son accueil dès maintenant. Toutefois, il permet à « ceux qui brûlent » de se marier quand même...

Quant aux Apôtres, croyez-vous qu’ils aient tout planté là sans y revenir du tout ? La preuve que non, c’est que le Seigneur sera bien content d’utiliser la barque de Pierre en maintes occasion, et sa maison aussi, d’ailleurs, et qu’il le fera pêcher parfois. Que ces hommes aient fait le choix radical de la suite de Jésus, c’est certain, et cela ne les a pas empêchés de tenir compte de diverses nécessités, pour autant que l’urgence du Royaume n’interdisait pas d’y pourvoir.

En somme, il s’agit de discerner à chaque instant, dans les grands moments comme dans les petits de la vie quotidienne, où se trouvent la justice du Royaume et l’appel du Seigneur. Aucun système préconçu de priorités ne peut dispenser quiconque de cette responsabilité, et celui qui croit faire la volonté de Dieu en appliquant aveuglément un principe, fût-il des meilleurs, s’égare probablement. C’est pourquoi il faut s’y appliquer dès l’âge tendre et sans cesse, et d’abord dans les moindres circonstances, car celui qui se montre fidèle en peu de choses le sera aussi dans une grande.

Dieu qui nous a créé aime notre vie et s’y intéresse dans les moindres détails. Le Seigneur venu nous sauver rejoint les petits avec prédilection, jusque dans leurs plus petits côtés. Or, lorsque nous le laissons éclairer notre vie et la tourner vers lui, même sur un point infime, c’est lui-même que nous trouvons, lui qui est la Sainteté et la Gloire en personne ! Rappelez-vous les paraboles du royaume : la perle fine pour laquelle le marchand vend toutes les autres, le trésor caché dans un champ que son découvreur acquiert en secret, c’est le Seigneur lui- même.

Assurément, ceux qui se laissent appeler à devenir prêtres, pêcheurs d’hommes à la suite du Christ, font un choix radical de préférence pour lui par rapport à tout bien de ce monde. C’est leur joie au jour de ce choix et leur bonheur jusqu’au bout de la vie malgré les épreuves et le combat qui ne cessent pas. Aujourd’hui encore nous invitons les jeunes à écouter attentivement la voix du bon Pasteur afin de discerner s’il les appelle à un tel service et à demander l’Esprit Saint pour, le cas échéant, y répondre généreusement.

Mais l’invitation est faite à tout homme de devenir disciple en renonçant à tout, et même à soi-même, pour l’amour de Jésus. C’est ainsi que quiconque peut trouver celui qui est le trésor de chacun de nous et la perle de Dieu en qui nous ne faisons qu’un par l’amour dont il nous a aimés.