Dimanche 2 juin 2002 - Le Saint-Sacrement du Corps et du Sang du Christ -Première communion des enfants du catéchisme

Et pour vous, qu’est-ce que ce sera ?

Deutéronome 8,2-3.14-16 - 1 Corinthiens 10,16-17 - Jean 6,51-58
dimanche 2 juin 2002.
 

Et pour vous, qu’est-ce que ce sera ?

Enfants, que deviendrez-vous après cela ?

La première fois, souvent, compte beaucoup pour la suite. Par exemple, la première fois qu’un enfant est invité par un parent ou un parrain au restaurant. Cela vous est-il arrivé ? Quelle émotion, n’est-ce pas, d’être traité comme un grand : "Et pour vous, dit le serveur, qu’est-ce que ce sera ?" Quel plaisir, aussi, de pouvoir choisir. Si vous ne comprenez pas très bien la carte, vous pouvez vous faire aider, cela n’en sera que plus amusant. Les plats évoqués, avec leurs goûts, leurs parfums et leurs couleurs, signifient mille choses. Et puis, le désir des parents aime tant à éduquer celui des enfants !

Or donc, ce matin, ici même, qu’allez-vous manger ? Vous n’avez pas le choix, ce sera une hostie. Est-ce bien cela que vous désirez ? Et vous, parents qui les entourez, est-ce bien votre désir pour vos enfants ? Pourtant, une hostie n’a pratiquement ni goût, ni parfum, ni couleur, et son poids de pain est négligeable.

Au fait, "hostie", quel drôle de mot. Vous savez ce qu’il veut dire ? C’est tout simplement le mot latin "hostia", qui signifie "victime". Victime ! Qui ça ? Eh bien lui, là, sur la croix : ce Jésus qui est né de la Vierge Marie, qui a souffert et qui est mort pour le pardon de vos péché et le salut du monde. Peut-être ne l’avez-vous pas bien entendu, peut-être ne l’avez-vous pas bien écouté, mais lui-même l’a dit à l’instant : Celui qui me mangera vivra par moi. Est-ce bien lui que vous désirez ? Est-ce bien vivre en communion avec lui que vous voulez ?

Mais si vous ne croyez pas en lui, vous avez beau "communier", vous le rejetez en le recevant. Vous le mangez, certes, mais pour vous c’est comme si vous ne le mangiez pas. C’est même pire. Ne savez-vous pas qu’il viendra dans la gloire, au dernier jour, pour juger les vivants et les morts ?

C’est pourquoi je vous dis : enfants, croyez en mangeant, mangez en croyant ! Et vous aussi, les grands ! C’est ainsi que vous aurez la vie en vous et qu’au dernier jour il vous ressuscitera.

Si vous recevez l’hostie dans la foi, alors, pour vous, elle prendra toutes les couleurs de la vie, de votre vie. La couleur des matins lumineux et celle des nuits sans étoiles, avec toutes les nuances des joies et des peines, des brises et des tempêtes, des jours qui filent au soleil de l’amour et des heures qui se brisent à l’angle d’une trahison. Ainsi le Père fut avec le Fils à tous les moments de sa chair.

Tout le temps, son parfum sera la sainteté, la bonne odeur du Christ : joie, paix, patience, bonté, foi, bienveillance, douceur et maîtrise de soi. Son humble poids de vie se fera force, consolation, courage, réconfort, efficacité et triomphe de la grâce. Ainsi vous aurez le goût du salut par l’amour du cœur de notre Dieu.

Voilà, si vous croyez au nom de Jésus, ce que sera pour vous la communion à lui, aujourd’hui et toujours.