Dimanche 1er décembre 2002 - 1er dimanche de l’Avent

La chance de votre vie : où est-elle ?

Isaïe 63,16-17.19.64,2-7 - 1Corinthiens 3-9 - Marc 13,33-37
dimanche 1er décembre 2002.
 

La chance de votre vie : où est-elle ?

Devant vous, ou derrière ? À côté, peut-être, et vous ne la voyez pas ? Ou encore, vous l’avez laissée passer, un jour, il y a longtemps, et vous l’avez presque oubliée. Ou, au contraire, vous en changez comme de chemise, aussi prompt à vous emballer que facile à lasser.

André, par exemple - hier, nous fêtions saint André - le jour où Jésus est passé, il a saisi sa chance. Imaginez qu’il ne l’ait pas fait. Au lieu de dire à son frère Simon-Pierre : "Nous avons trouvé le Messie", il aurait raconté : "Hier j’ai vu un type que je ne connaissais pas, j’était à deux doigts de le suivre, dis-donc !" Son frère aurait répondu : "Eh bien mon vieux !", et Simon ne serait jamais devenu Pierre.

Pour un André qui a saisi sa chance et donné la sienne à son frère, combien, peut-être, l’ont laissée passer parce qu’il étaient distraits, occupés ou irrésolus ? C’est pourquoi Jésus nous dit, dans l’évangile d’aujourd’hui, "Prenez garde, veillez !"

En fait, littéralement en grec, il dit : "Ouvrez les yeux, chassez le sommeil !" Le premier verbe, blépô, signifie simplement "voir", disposer du sens de la vue. Le second, agrupnéô, est un mot curieux, composé de agréô, qui signifie "chasser, capturer", et de hupnos, le sommeil. La traduction liturgique efface cette singularité en traduisant "veillez !" comme dans les trois occurrences suivantes où il s’agit d’un autre terme : grégoreité !

Comme Jean-Baptiste le fait pour André, puis André pour Simon, l’Église aujourd’hui désigne Jésus pour vous. Le Seigneur a donné pouvoir et autorité à ses serviteurs pour cela : le pape, en qui on peut voir le "portier", successeur de saint Pierre dans cette fonction, et tous les autres qui partagent le ministère apostolique. Ceux qui veillent à remplir leurs mission reçue du Seigneur proclament "Voici l’Agneau de Dieu !". Mais est-ce que vous le voyez ? Ou bien dormez-vous à poings fermés ?

Ouvrez les yeux de la foi sur ce Jésus que vous désigne l’Église, écoutez sa voix. Réveillez votre ardeur à entendre la parole de Dieu, livrez votre cœur à la prière, redoublez d’efforts pour faire de bonnes œuvres, en rendant grâce à celui qui vous en rend capables, et qui vous fait ainsi déjà rencontrer son Fils en attendant sa venue dans la gloire.

Ne laissez pas s’endormir votre foi en Jésus Christ, la porte de toute grâce, c’est pourquoi Pierre est appelé le portier. Croyez !

La chance de votre vie est là.