25 décembre 2004 - Jour de Noël

Leur désir est d’entrer dans la lumière.

Isaïe 52,7-10 - Hébreux 1,1-6 - Jean 1,1-18
samedi 25 décembre 2004.
 

Leur désir est d’entrer dans la lumière.

Vous connaissez sans doute cette émission où l’on voit des garçons et des filles apprendre, paraît-il, le métier de star. Non seulement les enfants la regardent en masse, mais elle trouve grâce aux yeux de bien des adultes : « Non, c’est autre chose, disent-ils, ces jeunes qui travaillent dur pour réussir, c’est très bien. » Ceux-là voient sûrement la chose avec des yeux de parents trop indulgents, ce qui est touchant, même quand on pense, comme moi, qu’il vaut mieux ne pas la voir du tout.

Le lieu magique où se concentrent caméras et projecteurs, et les millions de regards qu’ils représentent, voilà ce qu’ils cherchent à atteindre, tous ces jeunes candidats ; et l’ivresse de se sentir beau, puisque regardé, et libre, puisque célèbre.

Or, leur désir est bon. Il est juste que nous cherchions à entrer dans la lumière, nous qui éprouvons l’exil et l’obscurité de ce monde.

Mais l’objet donné à leur désir n’est qu’un mirage. Qu’il y ait de grands artistes, que certains percent et connaissent la gloire, c’est leur vie et leur histoire singulière, avec ce qu’elle a nécessairement d’originalité et de mystère. Mais la mise en scène de la poursuite laborieuse d’un tel résultat recherché pour lui-même est une sottise et une imposture.

Les idoles en toc agitées par la machine médiatique peuvent bien faire tourner à fond la pompe à fric du système, elles ne repoussent pas d’une ligne les ténèbres qui attristent notre monde éloigné de son Créateur.

Mais la Lumière est venue dans le monde. Cet enfant que nous avons chanté cette nuit et que nous adorons encore aujourd’hui, cet enfant est la Lumière née de la Lumière. Il vient dans le monde afin que tout homme puisse entrer dans la lumière, selon le désir profond de tout son être. La foi en lui est la vérité qui rend libre et rayonne de toute sa splendeur, d’une beauté que rien jamais ne pourra flétrir.

Il ne se donne pas à conquérir au terme d’une sélection sévère faite pour accréditer celui qui en résulte en dépit de sa médiocrité, il s’offre à tous ceux qui n’ont aucun mérite à faire valoir. Et, Dieu merci, nous en sommes !

Allons, venez, vous tous les obscurs et les sans-grade, et vous aussi qui vous prenez pour quelqu’un, venez les oubliés de toute gloire et de toute beauté médiatique, et vous aussi qui brillez aux yeux des hommes, venez, vous dont l’existence n’est qu’une longue et dure nécessité, et vous aussi qui vous croyez libres, venez tous adorer, venez et entrez enfin dans la lumière.

Notre désir profond d’être libre et beau est le même, frères que celui de tous les enfants du monde. Il est à la mesure du don qui nous est fait aujourd’hui : Dieu lui-même !

Accueillons ce présent merveilleux si désiré de tous, entrons par la foi dans la Lumière éternelle.