Dimanche 9 janvier 2000 - Le baptême du Seigneur

Souvenez-vous d’une chose extraordinaire qui vous soit arrivée.

Isaïe 55,1-11 - 1 Jean 5,1-9 - Marc 1,7-11
dimanche 9 janvier 2000.
 

Souvenez-vous d’une chose extraordinaire qui vous soit arrivée.

Pour moi, je pense à un verre d’eau au bord du désert. Je n’avais osé demander que de l’eau tiède, parce que je ne pouvais acheter une boisson glacée. Mais l’homme m’a donné un verre d’eau très fraîche, qui m’a délivré de l’oppression de la soif comme l’autre ne pouvait le faire. Ce fut le verre d’eau de ma vie.

Je pense encore à une tempête en mer d’Iroise : nous n’étions plus que des paquets trempés d’eau glacée. Mais, grâce à cette tempête, je me retrouvai ensuite dans les eaux bleues du Pacifique.

Et là je me rappelle, lors d’une plongée en apnée sur le récif de corail, mon face-à-face entre deux eaux avec un serpent de quatre mètres rayé rouge et noir, au venin mortel, qui restait immobile. Et moi j’étais pétrifié.

Aujourd’hui quelque chose d’extraordinaire arrive à Jésus : il voit le ciel se déchirer et l’Esprit descend sur lui. Comment le propre Fils de Dieu peut-il recevoir l’Esprit : ne l’a-t-il pas déjà, n’est-il pas un avec le Père dans l’Esprit Saint ?

Jésus, comme tout homme, a besoin de l’Esprit Saint, tout le temps et à chaque fois selon les circonstances. Aujourd’hui, il le reçoit de façon extraordinaire car il est consacré par son Père dans sa mission de salut pour tous les hommes.

D’autres événements seront exceptionnels pour lui : le choix de ses Apôtres, par exemple, et l’agonie au jardin, la veille de sa passion. L’Esprit qu’il est alors en grande nécessité de recevoir pour accompir la volonté du Père lui est accordé.

Vous aussi, vous avez besoin de l’Esprit Saint comme lui. Dans les grandes circonstances de la vie, le mariage, l’ordination ou la consécration religieuse, par exemple, mais aussi dans les moyennes, pour des choix importants de l’existence, et dans les petites, pour aimer, tout simplement.

Comment l’obtiendrez-vous ? Comme lui, évidemment. Voyez, Jésus a renoncé à tout orgueil : il vient de Nazareth - autant dirions-nous aujourd’hui d’une banlieue pourrie - et, obscur parmi les obscurs, il prend rang dans la file pour recevoir le baptême des mauvais qui ont un besoin vital et urgent de conversion.

Renoncez à votre orgueil, à votre méchanceté et à vos mauvais désirs. Alors vous entendrez l’Esprit en vous gémir et appeler, d’auprès du Père, l’Esprit qu’il vous faut pour vivre le temps qui se présente comme vous êtes appelés à le vivre. Car vous avez une vocation, à chaque instant et pour toute votre vie. Et Dieu vous donnera l’Esprit.

Pourquoi en suis-je si sûr ? Parce que Jésus est mort. Il est mort pour vous, afin que vous puissiez renoncer à votre péché. Parce que Jésus est ressuscité. Il est vivant pour vous, afin que l’Esprit vous soit donné en abondance à l’appel de l’Esprit qui atteste en vos coeurs que vous êtes fils de Dieu par la grâce du baptême en son Fils.

Souvenez-vous de la chose la plus extraordinaire qui vous soit arrivée : votre baptême.