Dimanche 16 janvier 2000 - Deuxième Dimanche

Écoutez, chacun de vous est personnellement responsable de sa propre formation continue par le Seigneur Jésus lui-même qui est le seul maître.

1 Samuel 3,3-10.19 - 1 Corinthiens 6,13-15.17-20 - Jean 1,35-42
dimanche 16 janvier 2000.
 

Écoutez, chacun de vous est personnellement responsable de sa propre formation continue par le Seigneur Jésus lui-même qui est le seul maître.

Vous n’avez rien compris ? Juste, pour certains, quelques mots ici ou là ? C’est normal : j’ai fait exprès de parler vite et bas, selon le principe du jeu du téléphone.

Vous connaissez ce jeu : chacun doit répéter ce qu’il a compris au joueur suivant, qui n’a entendu aucun autre des précédents. Ainsi, au fil de la transmission difficile, l’énoncé initial se déforme d’une façon que l’on espère amusante.

La parole de Jésus, prononcée il y a quelque deux mille ans, nous est parvenue ainsi transmise de bouche à oreille de génération en génération. Comment ne serait-elle pas, à force, terriblement déformée ? Comment croire que ce que je vous dis aujourd’hui est authentiquement la parole du Seigneur ?

De même que, de la phrase que j’ai prononcée en commençant, les uns ont entendu ceci et les autres cela, de même chacun entend l’évangile à sa façon, avec ses propres attentes et ses présupposés. C’est pourquoi Jésus demande d’emblée aux deux disciples : "Que cherchez-vous ?" La diversité d’écoute est source de richesse dans le processus de transmission de la parole de Jésus de disciple en disciple, mais elle n’est pas sans risque.

Voyez les premiers Apôtres : André dit à son frère Simon : "Nous avons trouvé le Messie." Mais ce n’est pas ce que lui avait dit Jean-Baptiste, qui avait désigné en Jésus "l’Agneau de Dieu". Vous savez que le Seigneur n’a pas accepté le titre de Messie ou Christ sans extrêmes réserves, ni sans l’adjonction pressante de l’annonce de sa passion.

En outre, André prétend avoir trouvé le Messie. Mais c’est Jean, en fait qui lui a désigné Jésus. C’est l’Apôtre qui est trouvé par Jésus et non l’inverse, que ce soit directement ou par l’intermédiaire d’un disciple, comme lorsque André "trouve" son frère.

Comment, alors, peuvent se faire la vérification et la correction de la parole transmise ? Uniquement par l’intervention du Seigneur lui-même, qui ne cesse de s’adresser personnellement à ceux qui écoutent sa parole. Contre les risques permanents de déformation, seule est efficace et nécessaire la formation par celui qui est le seul maître.

Les ministres ordonnés, à qui est confié en tout premier lieu le service de la parole, sont normalement formés d’abord au séminaire, qui doit donc être un lieu où ils "restent un temps auprès de Jésus". Mais ils ne doivent jamais cesser ensuite de se laisser former de même.

Et vous, qui n’avez pas reçu le sacrement de l’ordre, tout cela ne vous concernerait pas directement ? En vérité, vous avez été confirmés, vous avez reçu du Seigneur l’Esprit et le gage de l’Esprit, et ce n’est pas pour rien.

Votre devoir de formation est, d’abord, d’écouter. La messe du dimanche est, en quelque sorte, le séminaire à la petite semaine de tous les chrétiens qui y passent un temps auprès de Jésus pour être formés par lui. Ne perdez pas ce temps !

Et si les ministres de la parole viennent à s’égarer de ci de là - Dieu nous en garde ! - dans leur enseignement, que devez-vous faire ? Vous n’avez ni à vous révolter, ni à les traîner dans la boue, mais vous devez laisser le Seigneur lui-même vous faire discerner selon le sens juste de la foi, à travers ce que vous entendez sa parole véritable. Pour cela vous avez reçu l’Esprit Saint, et vous le recevrez si vous le demandez, c’est sûr puisque c’est promis.

Et vous devez vivre selon la parole que vous avez entendue, c’est votre devoir. Ainsi vous serez une lettre de chair écrite par Dieu à l’attention des hommes de ce temps afin qu’ils découvrent en vous ses merveilles. Pour cela vous avez reçu l’Esprit, et vous le recevrez.

Écoutez ! Désirez entendre et connaître Jésus, désirez vraiment avec ardeur le don qui vous est offert, cette parole qui donne la vie selon la justice. C’est ainsi que vous rendrez gloire à Dieu dans votre corps car vous mériterez vraiment le beau nom de chrétien, qui signifie "Christ".

Écoutez le Seigneur lui-même qui vous dit : "Tu es Pierre, Paul ou Jacques, tu seras Christ."