Vendredi 2 novembre 2007 - Commémoration de tous les fidèles défunts

L’onomathérapie, vous connaissez ? Quel potentiel de bienfaits !

Sagesse 4,7-15 - Psaume 24,6-7.17-18.20-21 - Romains 14,7-9.10b-12 - Jean 6,37-40
vendredi 2 novembre 2007.
 

L’onomathérapie, vous connaissez ? Quel potentiel de bienfaits ! Le mot, je viens de l’inventer : de “onoma”, le “nom” en grec ; quant à “thérapie”, tout le monde comprend. Mais la chose, qui ne la pratique sans le savoir ? C’est si bon de dire le nom de qui l’on aime. Liberté, j’écris ton nom. À Rose, pour la vie.

« Son nom ? Je me souviens qu’il est doux et sonore

Comme ceux des aimés que la Vie exila »

(Verlaine, “Mon rêve familier”)

Ou encore, le moment préféré de la prière avec les enfants : égrener les noms de la famille en élargissant le cercle à partir de papa et maman (quels noms sont plus grands que ceux-là ?) pour aller jusqu’aux éprouvés et aux bienfaiteurs du moment.

Mais, cesse-t-on jamais d’être un enfant à qui cette litanie fait du bien ? Si vous avez de la peine à dire vos prières, quel que soit votre âge, pourquoi ne pas essayer celle-là ? Sans craindre de mêler les noms des morts à ceux des vivants, puisque, grâce à Dieu, ils sont réunis dans la communion des saints. Cette prière, Dieu l’entend sûrement, lui qui est attentif à la voix des enfants.

« Dieu veille sur ses amis », avons-nous entendu au livre de la Sagesse. Mais les amis de ses amis ne sont-ils pas ses amis ? C’est pourquoi nous portons leurs noms devant lui pour les recommander à sa bienveillance. Nous le faisons même pour ceux qui ne prient pas, ou qui semblent ne jamais prier. « Aucun de nous ne vit pour lui-même », nous dit l’Apôtre.

« Aucun ne meurt pour soi-même », non plus : nous prions donc pour les morts. Même pour ceux qui n’ont guère eu l’air de vivre en amis de Dieu. Surtout pour eux. Surtout pour tous ceux qui ont grand besoin que Dieu s’occupe d’eux encore maintenant, afin que, purifiés, ils puissent entrer en sa présence.

Dieu s’occupe de ceux qui le veulent bien pour les libérer du péché et de la mort, frères, le croyez-vous ? Vivants ou morts, nous pouvons nous recommander à lui les uns les autres : l’Église le croit, c’est pourquoi nous allons dire maintenant le nom des fidèles défunts de l’année écoulée.

C’est de l’onomathérapie spirituelle : elle est très efficace, nous le croyons, par la grâce de Jésus Christ avec la puissance de l’Esprit Saint pour qu’ils voient le Père.