Dimanche 10 février 2008 - Premier dimanche de Carême Année A - Scrutin pour les enfants du catéchisme qui se préparent au baptême

Qui est aux commandes ?

Genèse 2,7-9 et 3,1-7 - Psaume 50,3-6.12-14.17 - Romains 5,12-19 - Matthieu 4,1-11
dimanche 10 février 2008.
 

Qui est aux commandes ? Y a-t-il seulement quelqu’un ? Le poste de pilotage est tout petit comparé au ventre de l’appareil, plein d’un équipage sans doute nombreux et important, sans compter les passagers, mais il faut un pilote et qu’il soit compétent. Il peut user du pilotage automatique, mais c’est lui qui décide quand il doit reprendre le manche en direct. Il peut aussi se faire guider par le sol.

Jésus, lui, se fait guider par le ciel.

Comme tout homme, il est responsable de sa propre existence : gagner sa vie de chaque jour, mener sa barque entre les menaces et les chances, évaluer les risques et les opportunités. Or, que se passe-t-il souvent pour nous ? Il se passe que le pilote laisse le ventre commander : l’appétit, les passions, les pulsions. Si l’on y réfléchit, on voit que le ventre, en nous, c’est vaste : cela va des pieds jusqu’aux yeux. C’est pourquoi l’on dit : « avoir les yeux plus gros que le ventre ». Le désir, en effet, n’a pas de limites. L’orgueil, l’avidité et la volonté de dominer peuvent étendre sans fin l’appétit. Et puis il y a aussi la peur qui saisit et paralyse ou qui fait s’enfuir au lieu de tenir.

La dignité humaine commande de ne pas se laisser tyranniser par les mouvements intérieurs qui tirent à hue et à dia. C’est un combat de la volonté pour tout homme qui se respecte. Or, il n’est pas seul dans ce combat car deux esprits agissent en lui de façon contraire. Le bon, l’Esprit Saint, ne cesse de lui venir en aide pour qu’il choisisse la liberté et la vie, fût-ce au prix du renoncement à soi. Mais le mauvais, au contraire, tente à tout moment de le faire céder aux pressions qui le poussent au mal.

Or, le mauvais esprit est malin : il cherche à prendre les commandes en moi en me faisant croire qu’il me les rend. Il me suggère que Dieu essaie de m’empêcher de vivre comme je veux et qu’en faisant ce que j’aie envie je vais me libérer. Mais plus je lui cède et moins je deviens capable d’exercer ma liberté.

Attention : ce n’est pas toujours si simple d’y voir clair. La parole de Dieu, bien sûr, est la lumière pour nous. Mais voyez : le démon cite l’Écriture sainte ! Au fond, les paroles de la Bible sont comme les commandes de l’appareil : moteur tribord et moteur bâbord, rentrer le train ou le sortir, actionner les aérofreins ou déclencher la postcombustion, chaque commande est bonne et nécessaire en son temps, encore faut-il discerner laquelle “s’accomplit” en ce moment précis. Or, pour ce discernement, nous ne pouvons nous passer de l’Esprit Saint. Aussi est-il dangereux de se fier à n’importe quelle façon de “recevoir une Parole” : savez-vous par quel esprit elle vous est adressée ?

Vous avez entendu saint Paul : depuis que le péché est entré dans le monde, tout homme est en butte au mauvais esprit qui a pris un grand pouvoir sur nous, et nul ne peut se croire plus fort que lui, sinon le Christ Jésus. Lui seul peut nous libérer de façon sûre et certaine de son emprise et nous donner son Esprit qui nous indique parfaitement le bon chemin. C’est le sens de notre prière aujourd’hui et du geste que je vais accomplir sur vous, les enfants, dans la perspective de votre baptême prochain : que le Christ prenne le pouvoir en vous, qu’il en chasse le mauvais esprit, afin que vous puissiez mener une vie droite selon Dieu et donc digne de votre humanité.

Mes amis, ne vous confiez pas à vous-même pour trouver votre bon chemin dans les méandres de l’existence parsemée des pièges du démon. Confiez-vous plutôt au Christ parfaitement fidèle à son Père et plus fort que toute tentation, confiez-vous à l’Esprit qu’il vous donne si seulement vous le demandez dans la prière, lui le guide infaillible et très aimant de nos âmes. Sachez vous en remettre à son Église, à son enseignement et à son magistère, lorsque cela convient, pour un pilotage automatique qui vaudra mieux pour vous que des essais imprudents et des tentatives téméraires. Demandez donc votre chemin en haut à tout instant, laissez-vous guider par le ciel sur la terre pour tracer votre route selon le bien.

De même que Jésus est vrai Dieu et vrai homme, plus vous le laisserez conduire votre vie et plus celui qui sera aux commandes en vous sera vraiment Dieu et vraiment vous.