Dimanche 12 juillet 2009 - Quinzième dimanche B

Pourrez-vous vendre des crèmes bronzantes si vous êtes pâle comme un cachet d’aspirine ?

Amos 7,12-15 - Psaume 84 - Éphésiens 1,3-14 - Marc 6,7-13
dimanche 12 juillet 2009.
 

Pourrez-vous vendre des crèmes bronzantes si vous êtes pâle comme un cachet d’aspirine ? Cela m’étonnerait ! De même, les Apôtres auront du mal à se faire entendre quand ils invitent à la conversion s’ils n’ont pas eux-mêmes goûté un peu à la chose de façon à pouvoir faire envie. Autrement dit, il faut attester par l’exemple que la conversion, c’est bon ; ce qui n’est pas évident a priori.

Ces colporteurs du ciel, en effet, semblent placés devant une tâche impossible. Ils n’ont rien dans les mains, rien dans les poches, aucun objet à proposer ni même de formule magique à exhiber, non, juste une annonce « qu’il faut se convertir ». Quand on se rappelle qu’il y a dans toute conversion un aspect de pénitence, décidément, on souhaite à ces messieurs bien du courage !

Il y a bien dans le vêtement qui leur est prescrit par le Seigneur un élément de communication non verbale : les sandales et le bâton rappellent à l’auditeur de la parole de Dieu les événements de la Pâque et de la sortie d’Égypte. Il y a aussi qu’ils chassent les démons et guérissent de nombreux malades.

Nous ne sommes pas, nous, Apôtres au sens strict. Mais nous faisons partie de cette Église qui se reconnaît “apostolique”, c’est-à-dire fondée dans la foi des Apôtres et héritière de leur mission. Quelles leçons tirer pour nous de l’évangile d’aujourd’hui ?

Voulez-vous d’abord penser à la façon dont vous vous habillez non seulement en fonction du climat, de l’heure et des conventions, mais aussi de ce que votre apparence dira sans mots à qui vous verra ? Par exemple, nous voulons en général plutôt séduire, mais ce désir est-il toujours bien indiqué et inspiré ? Un vêtement simple et digne, qui annonce “paix” à tous, ne doit-il pas être la règle ordinaire ?

Quant au pouvoir de convoquer ou de chasser les démons, et à celui de blesser ou de guérir, nous avons tous celui de la langue. Voulez-vous faire plus attention à l’usage que vous en ferez cet été ? On peut tenir des propos très agréables avec l’intention de tromper ou, au contraire, prononcer des paroles dures à entendre mais bonnes à comprendre et réellement inspirées par l’amour.

Suivons ces chemins de conversion : nous éprouverons de plus en plus à quel point il nous est bon de nous détourner des péchés ordinaires, avec leur séduction, pour embrasser le sainteté que Dieu donne, même s’il faut pour cela embrasser plus ou moins aussi la croix par laquelle elle nous est donnée.

Seule une véritable pratique de la conversion, avec l’expérience de la bonté supérieure de ses fruits, peut qualifier les apôtres de la Bonne Nouvelle du salut en Jésus Christ. Ceux qu’il envoie parés de cette aura n’ont pas fini d’étonner le monde.