Jeudi 24 mai 2001 - L’Ascension du Seigneur - Profession de foi

Voulez-vous voir mon agenda ?

Actes 1,1-11 - Hébreux 9,24-28.10,19-23 - Luc 24,46-53
jeudi 24 mai 2001.
 

Voulez-vous voir mon agenda ?

Cette proposition est indiscrète. Même quand il ne se fait pas journal intime, un agenda, c’est un peu soi. À quoi je m’occupe, qui je vois, avec quelle fréquence, quels événements ai-je prévus : c’est ma vie, la vie qui m’attend. On est toujours curieux de voir la vie de l’autre. Et l’on aime bien montrer la sienne, pourvu que ce soit sous un jour flatteur. Par exemple, un agenda de ministre, ça vous pose un homme : quelqu’un de très pris est forcément quelqu’un de très important, n’est-ce pas ?

Nous sommes tous des voyeurs, et tous des exhibitionnistes. Or, en tout cas, céder à la tentation n’est pas une solution : plus on regarde, plus on veut voir ! C’est sans fin. C’est sans fond.

Quel agenda, quelle vie voudriez-vous avoir en perspective, quand vous serez adultes ? Est-ce que vous ne rêvez pas de devenir stars ou ministres ? Tournages, interviews, séances photos, fêtes somptueuses et très privées, bref, une vie d’enfer, une vie mortelle, comme vous dites. Et vous dites juste.

Qu’est qui nous presse ainsi d’avoir toujours quelque chose d’étourdissant à faire, qu’est-ce que nous fuyons donc ? La mort, bien sûr, nous pousse aux trousses, et elle finit toujours par nous attraper.

Parents et amis, vous qui êtes venus entourer aujourd’hui ces enfants, ces "jeunes" plutôt, comme on les appelle maintenant, vous voulez pour eux le meilleur, n’est-ce pas ? Souhaitez-leur donc une vie qui soit vraiment bien.

Dans un agenda bien vivant, il y a "des délais et des dates", comme dit Jésus aux disciples dans la première lecture. En grec, délai c’est chronos, c’est-à-dire le temps comme durée. Et date, c’est kairos, mot qui signifie d’abord juste mesure, d’où occasion, moment favorable.

Il faut savoir traverser la durer, endurer les délais avec patience, pour que vienne le moment favorable. "Quand les temps furent accomplis" : tous les événements du salut sont des accomplissements du temps. Jésus a enduré sa passion, jusqu’à ce que vienne sa résurrection. Et, lui qui monte aujourd’hui au plus haut des cieux pour s’asseoir à la droite de Dieu, il demeure pourtant avec nous et endure donc, de quelque manière, le temps de nos vies mal converties, jusqu’au jour où il viendra dans la gloire.

Quand cela arrivera-t-il ? Personne ne le sait. On voudrait bien pouvoir regarder dans l’agenda de Dieu, mais ce désir est indiscret. Ce qui est sûr, c’est que chacun de nous y figure, d’une façon que nous ne pouvons pas découvrir autrement qu’en nous livrant à l’inattendu de Dieu, afin de ne pas manquer le temps où l’on est visité, le kairos, qui peut parfois prendre la forme de la croix, et parfois briller comme une avance sur la résurrection finale.

Pour vous, dit Jésus à ses disciples, demeurez dans la ville jusqu’à ce que vous soyez revêtus d’une force venue d’en haut.

Mes amis, cessez de vous consumer dans des désirs impatients, dans l’attente de succès ou de satisfactions qui, de toute façon, n’auront qu’un temps. Confiez-vous à la liberté souveraine du Père qui veut pour vous le meilleur, tout au long de la vie qu’il vous donne, et pour la vie éternelle. Offrez-vous avec le Christ dans l’épreuve comme dans la joie : c’est cela, une vie de foi, et, sans cela, toute profession de foi est vaine.

Croyez que votre vie est cachée avec le Christ en Dieu, et consacrez-lui donc maintenant votre avenir pour toujours, pour le prévu comme pour l’imprévisible. En tout temps demeurez dans la prière, et vous serez exaucés au moment favorable : voilà l’agenda du Christ, l’ ?uvre de Dieu qu’il a accomplie et qu’il accomplira.