Dimanche 27 janvier 2013 - 3e Dimanche Année C

On ne peut dire que ce qu’on comprend

Néhémie 8,1-4a.5-6.8-10 - Psaume 18,8-10.15 - 1 Corinthiens 12,12-30 - Luc 1,1-4 et 4,14-21
dimanche 27 janvier 2013.
 

C’est d’abord ce qui fait la différence entre un bon lecteur et un autre, n’est-ce pas ?

Quelle chance ont eue les auditeurs à la synagogue de Nazareth : le Verbe en personne leur a dit ce texte du prophète Isaïe ! Puis il leur déclara : « Cette parole que vous venez d’entendre, c’est aujourd’hui qu’elle s’accomplit. »

Entendre, au sens fort, c’est comprendre.

Plus heureux, donc, les auditeurs que nous sommes si nous comprenons maintenant la parole du Seigneur comme Évangile, comme Bonne Nouvelle au milieu des obscurités de ce monde.

Alors nous pourrons la dire autour de nous, pas seulement avec des mots, mais par notre vie et notre comportement de fraternité et d’amour entre nous et avec tout homme.

Et comment les hommes ne comprendraient-ils pas alors ce qui se dit ainsi avec l’Esprit de Jésus Christ ?