Mercredi des Cendres, 13 février 2013 - Entrée en Carême

Management par objectifs

Joël 2,12-18 - Psaume 50,3-6.12-14.17 - 2 Corinthiens 5,20 - 6,2 - Matthieu 6,1-6.16-18
mercredi 13 février 2013.
 

Vous savez ce que c’est ?

On ne vous donne pas des tâches à remplir, mais des résultats à obtenir.

Ce fut très à la mode, mais il paraît que c’est dépassé.

Pourtant, il semble que Jésus le pratique.

Sur le jeûne, la prière et l’aumône, il ne s’attarde pas à la méthode, ni au quand, au comment ou au combien, il ne pose que la question du pourquoi : agissez-vous pour le regard des autres ou pour la récompense que Dieu donne ?

Certains diront qu’ils le font pour rien, eux. Mais alors, c’est encore pour le regard de l’autre, de cet autre que je parais à moi-même quand je me regarde le nombril. Si je déclare : « Je me dois de ceci ou de cela », je dois être très important pour moi, pour que je me doive comme cela tant de choses !

Bref, la seule question décisive est bien tranchée : est-ce pour la satisfaction du regard des hommes ou pour la récompense que Dieu seul peut donner que j’agis « en homme religieux » ? Nous comprenons bien que Jésus nous indique la deuxième option comme la bonne voie.

En somme, il s’agit de fixer des objectifs au Bon Dieu. Vous allez faire des efforts de carême : qu’en attendez-vous de la part de Dieu ? Si rien, voir plus haut. Donc, osez vous interroger à ce sujet, c’est le moment ou jamais.

Alors, si vous me permettez un conseil, demandez l’impossible, pas moins. C’est-à-dire par exemple : amour, joie, paix, patience, bienveillance, foi, humilité, douceur ou maîtrise de soi. Tous ces dons, ces fruits de l’Esprit Saint, ne sont autres que le but du carême qui est Pâques : l’union au Christ donnant sa vie pour les pécheurs et ressuscitant pour les sanctifier.

Vous avez du mal à choisir ? Demandez-vous ce qui ferait le plus plaisir à votre entourage, ce qui le soulagerait un peu de ce que vous lui faites porter. Par exemple, si vous êtes du genre à déclarer que « c’est votre caractère et qu’il faut vous prendre comme vous êtes », pensez à l’humilité ou à la douceur, pourquoi pas ?

Mais, surtout, tenez bien votre ligne de carême. Si vous errez un peu sur la méthode ou la régularité, le Bon Dieu ne vous en tiendra pas rigueur. L’essentiel est de vous rappeler à chaque effort pour qui vous le faites et quelle récompense vous en attendez de sa part.

Alors il ne ménagera pas ses dons pour vous faire atteindre les meilleurs objectifs.