Jeudi Saint 28 mars 2013 - La Cène du Seigneur

Créatif, c’est un métier, en tout cas dans la publicité

Exode 12,1-8.11-14 - Psaume 115,12-13.15-18 - 1 Corinthiens 11,23-26 - Jean 13,1-15
jeudi 28 mars 2013.
 

Créatif, Jésus l’est ce soir. C’est un véritable plan de communication qu’il met en place. Demain il offrira son sacrifice au Père, sa propre vie bafouée, condamnée, supprimée sur la croix. Samedi sera le jour du grand silence au tombeau. Puis il ressuscitera dans la lumière nouvelle et sans fin. Ce mystère de sa Pâque, il l’accomplira une fois pour toutes. Mais ce moment unique de l’Histoire, il fait ce soir qu’il puisse se rendre présent à tout instant et en tout lieu du monde.

Pour cela, il crée l’Eucharistie. Le sacrifice non sanglant du pain et du vin qui deviennent son corps et son sang, la table du repas fraternel de la famille de Dieu, l’annonce et l’anticipation du banquet éternel des Noces de l’Agneau.

Pour servir ce Mystère, célébré par le peuple tout entier, il crée les prêtres. Quelle inventivité, frères, voyez déjà la diversité des treize que nous sommes ici rassemblés dans le chœur ! Serviteurs de l’Eucharistie, nous le sommes donc de la Parole, du Verbe fait chair. Et, du même coup, nous recevons la charge du gouvernement comme un aspect du ministère de la charité, ce que nous ne devons jamais oublier quand il nous est donné de l’exercer.

La charité, c’est ce que signifie le geste si frappant du lavement des pieds. Il n’est pas comme le partage du pain et du vin qui deviennent son corps et son sang chaque fois que nous rappelons sa mort, jusqu’à ce qu’il vienne. Il n’est repris qu’une fois l’an, ce soir, en ce qui n’est qu’une représentation liturgique. Pourtant, le Seigneur nous dit de faire de même les uns pour les autres. Vous le comprenez bien, frères, il ne s’agit pas de le réitérer à l’identique, mais d’inventer chaque fois, à tout instant de notre vie, les actes et les paroles qui réaliseront l’Amour « jusqu’au bout » qu’il signifie.

En toute situation, il nous faut demander l’inspiration pour trouver ce qui sera la charité du Christ en action à ce moment là. Ce n’est pas que nous nous prenions pour le Christ, mais nous consentons à être créés chrétiens en vérité par la puissance de l’Esprit Saint « qui fait toutes choses nouvelles ». Et donc que nous acceptions d’abord de « nous laisser laver les pieds » nous-mêmes, puisque c’est lui qui nous a aimés le premier. Quel est le plus difficile : se laisser laver les pieds ou les laver aux autres ? Cela dépend des circonstances, et d’abord de la position qui est la nôtre. Mais de toute façon, peu importe. L’essentiel est que nous acceptions de renoncer à nous-mêmes, de laisser la grâce de Dieu faire mourir en nous le vieil homme attaché à lui lui-même afin que surgisse « l’homme créé nouveau dans la justice et la sainteté de la vérité ».

C’est pourquoi, créatif est le « métier » de chrétien. Apprenons donc toujours mieux le service de nos frères à la suite du Christ jusqu’à nous faire les esclaves de tous. C’est ainsi que nous deviendrons heureux comme des rois, comme le Roi du ciel qui a tout créé bon en vue de l’homme afin qu’il vive à jamais de son Amour infini.