LE SOULAGEMENT DE DIEU - Éditorial du dimanche 8 janvier 2017 - Épiphanie

dimanche 8 janvier 2017.

Dieu s’est mêlé de nos affaires : heureusement pour nous, hélas tant pis pour lui ! En effet, cela lui a coûté cher : « Il en coûte au Seigneur de voir mourir les siens » Psaume 115,15.

Pour se rapprocher de nous, il n’a pas attendu l’Incarnation. Et pour lui faire subir les conséquences de son engagement en notre faveur, nous n’avons pas attendu la crucifixion.

Déjà, en épargnant Caïn, meurtrier de son frère, il s’est exposé au reproche de compromission avec le mal. Sans compter celui de Caïn lui-même, l’accusant de défaut de vigilance !

Mais, si l’on peut dire, il a aggravé son cas en choisissant un peuple parmi tous. Comment cette préférence pouvait-elle ne pas provoquer la jalousie des autres, jusqu’à l’envie de meurtre ?

Bien sûr, nous le croyons et nous le savons, si Dieu patiente, c’est par sa grande miséricorde, et s’il choisit l’un, c’est pour mieux répandre ses bienfaits sur les autres aussi.

Mais le Mauvais ne cesse de nous susurrer le contraire et, depuis le péché du commencement, orgueil et jalousie, mépris et envie font leurs ravages au cœur des frères ennemis.

Alors, quelle joie aujourd’hui de voir les Mages chercher et trouver le chemin du Roi des Juifs ! Quelle promesse de réconciliation de toutes les nations dans l’adoration du Messie d’Israël !

Alors, quel soulagement pour Dieu quand l’Apôtre accueille et communique le mystère reçu par révélation : enfin tous les hommes vont reconnaître son amour et sa grâce !

Hélas, direz-vous, nous en sommes encore loin ? Il ne tient qu’à nous de rapprocher le Jour de la parfaite Réconciliation, pour le salut du monde et la joie des anges dans le ciel.


Forum