COMMENT NE PAS DÉSESPÉRER - Éditorial du dimanche 24 février 2019 - 7e dimanche - Année C

dimanche 24 février 2019.

Comment l’accumulation des affaires ne produirait-elle pas un effet d’accablement ? Bien sûr, des groupes et des personnes aux intentions évidemment hostiles ne se privent pas d’augmenter, de monter en épingle et d’orchestrer les divers éléments qui portent à la mise en accusation de l’Église, au chapitre des abus sexuels, notamment. Mais le vrai malheur est que tout cela n’est pas sans fondement. Sans doute faudra-t-il le répéter souvent, la racine maligne est à identifier dans ce que le pape appelle le cléricalisme : une conception fausse du respect dû au sacerdoce de la Nouvelle Alliance et à ses ministres qui corrompt autant les brebis que les bergers. Bien entendu, cela ne constitue pas une excuse.

En ce qui concerne précisément la question brûlante de l’attitude des évêques qui auraient couvert les agissements de prêtres prédateurs relevant de leur autorité, il n’est pas judicieux non plus d’invoquer l’obscurité des temps passés où de tels abus étaient socialement couverts, voire tolérés, au point de minimiser ou dénier le tort fait aux victimes. Plus pertinente est la remarque que l’on n’avait alors pas de connaissance claire du caractère pathologique grave des perversions en question. Il était plus explicable de se faire illusion sur la possibilité pour les coupables de s’amender, et l’on pouvait invoquer ingénument l’évangile d’aujourd’hui pour justifier une patience inlassable à leur égard qui invitait à leur donner toujours une « nouvelle chance ».

En effet, Le Seigneur y recommande de prêter sans « espérer de retour » ; en fait, littéralement, « sans désespérer ». Mais la générosité absolue des principes n’empêche pas la lucidité dans leur application. Par exemple, Jésus lui-même, frappé sur la joue par le serviteur du grand-prêtre, s’en étonnera auprès de lui : c’est ainsi qu’il « présentera l’autre » en risquant la récidive pour mieux appeler le brutal à se reprendre, et non en lui offrant de recommencer. Tenir compte avec sagesse de « ce qu’il y a dans l’homme » permet de mettre intelligemment en pratique la Parole bien entendue. Décider et appliquer au plus vite les nécessaires mesures de réforme de l’Église est la meilleure façon de prouver que nous ne désespérons pas puisque le Seigneur ne nous abandonnera jamais.


Forum