LA FOI CHERCHE L’INTELLIGENCE - Éditorial du dimanche 10 mars 2019 - 1er dimanche de carême - Année C

dimanche 10 mars 2019.

S’il est une progression dans les tentations, alors pour Luc, l’ultime et la pire n’est pas celle de l’idolâtrie du pouvoir, comme en Matthieu, mais la perversion de la confiance en Dieu. Autrement dit, le danger de vouloir laisser Dieu tout faire à ma place est plus grand que celui de vouloir tout faire à la sienne. C’est pourquoi le mot de la fin qui reste à Jésus face au Tentateur et le met en fuite est : « Tu ne mettras pas à l’épreuve le Seigneur ton Dieu. »

Troublant, en effet, est l’usage par le diable de l’Écriture Sainte. Comment l’ennemi de Dieu et des hommes ose-t-il citer, face au Verbe en personne, ces versets du Psaume 91 (92) que la liturgie met dans la bouche du Christ aux Complies du dimanche pour professer sa résurrection ? La Parole même peut donc être détournée si elle n’est reçue et dite dans l’Esprit de vérité !

Il ne suffit pas de lire et de répéter les mots du Livre, encore faut-il en accueillir la compréhension que Dieu lui-même veut nous en donner. C’est ce que saint Augustin exprime dans la formule célèbre : « La foi en recherche de l’intelligence ». Il ne s’agit pas de compliquer ce qui serait immédiat dans sa simplicité, mais de pénétrer un mystère dont la profondeur nous déconcerte et que l’Esprit nous révèle en sa limpide cohérence.

En fait, c’est notre cœur qui est compliqué et malade, comme dit l’Ecclésiaste. C’est pourquoi, bien que souffrant du mal qui le tourmente, il fuit ce qui pourrait lui donner la guérison. La sainteté qui nous est offerte en notre vocation baptismale nous fait peur : alors nous craignons Dieu, mais pas de la manière qui ouvre la voie de la Sagesse. Seul l’Amour manifesté dans la Croix de Jésus nous fait progresser dans l’intelligence de la foi.


Forum