ATTENTION À LA VENUE DU SEIGNEUR

dimanche 28 novembre 2004.

Éditorial du dimanche 28 novembre 2004

Prenez une page neuve. Faites deux colonnes : Ce que je crains, Ce que j’espère. Remplissez comme cela vous vient à l’esprit. C’est fait ? Alors, en quelle position avez-vous marqué « La venue du Fils de l’homme » dans les événements espérés ? L’avez-vous seulement noté ? Et si vous l’avez oublié à droite, ne mériteriez-vous pas qu’il s’inscrive à gauche ?

Aujourd’hui le Seigneur nous avertit gravement, nous qui portons le nom de chrétiens, c’est-à-dire de disciples du Christ : l’indifférence à la perspective de son Jour nous expose à être arrachés à la grâce du salut. Le voleur des âmes, en effet, peut à tout moment profiter de notre torpeur pour nous égarer dans des voies de perdition et de désespoir.

Au contraire, si nous demeurons attentifs à tous les lieux de la présence du Sauveur qui est avec nous jusqu’à la fin du monde comme il l’a promis, nous vivons ces rencontres comme autant de signes de l’approche de sa venue dans la gloire. Ainsi nous restons fermement ancrés dans l’espérance du salut et nous goûtons déjà à l’abondance de sa grâce.

Venir régulièrement à la messe du dimanche alors qu’on ne le faisait pas, prendre un temps “gratuit” pour un service d’Église, donner ou se donner de façon renouvelée : envisageons les signes possibles dans nos vies de l’accueil du Seigneur qui vient. Et lui saura bien rassembler nos esprits divisés et nous donner un cœur neuf dans l’amour.

Marc Lambret, curé


Forum