LE GRAND RASSEMBLEMENT - Éditorial du dimanche 23 juin 2019 - Saint-Sacrement - Année C

dimanche 23 juin 2019.

« La valeur d’une messe ne dépend pas du nombre de participants. » Cette réflexion profondément vraie - toute célébration du sacrement de l’Eucharistie, actualisation du sacrifice rédempteur du Christ et banquet où il s’offre aux fidèles en son Corps et son Sang est d’un prix infini - s’imposait particulièrement samedi dernier à Notre-Dame. En raison des impératifs de sécurité, l’Archevêque n’y était entouré que d’une trentaine de privilégiés, mais cette fête anniversaire de la Dédicace de la cathédrale prenait une importance symbolique toute particulière, seulement deux mois après le terrible incendie qui la laisse dévastée pour longtemps.

Pourtant, nous sommes tous très attentifs, pasteurs et brebis, à l’affluence dans nos églises, surtout le dimanche. Nous suivons en cela les évangélistes dont chaque récit de la multiplication des pains s’assortit du compte des convives rassasiés par le Seigneur. Luc en particulier qui nous est donné à entendre pour la fête d’aujourd’hui, note qu’il étaient environ cinq mille hommes nourris des cinq pains et deux poissons fournis par les Apôtres. De plus, sa narration met en évidence que le geste du Christ évite la dispersion dans les villages voisins, soit de la foule pour y trouver un hébergement, soit d’eux-mêmes pour en rapporter des vivres.

En effet, la dimension du rassemblement est essentielle en chaque Eucharistie car, si modeste soit-il, il représente un signe et une anticipation du « rassemblement des justes » attendu pour la fin des temps. Jésus le dit lui-même : il est venu « pour rassembler dans l’unité les enfants de Dieu dispersés ». C’est là l’une des définitions caractéristiques de sa mission. Nous ne pouvons donc nous contenter de profiter de ce sacrement sans souci de tous ceux qui en restent écartés. Bien au contraire, la joie doit nous saisir des frères qui sont déjà là, et le désir nous embraser d’aller chercher les autres lorsqu’à la fin nous sommes renvoyés dans la paix. Car cette paix du Christ destinée à tous ne sera parfaite qu’au Jour où il viendra dans la gloire.


Forum