GRAVIR LES ÉCHELONS - Éditorial du dimanche 6 octobre 2019 - Vingt-Septième dimanche - Année C

dimanche 6 octobre 2019.

« L’échelle de la sainteté » fut un grand thème de méditation pour les Pères grecs, mais aussi pour saint Augustin qui y comptait sept degrés. Plus tard, saint Jean de la Croix en verra dix sur « L’échelle d’Amour ». Saint Bernard, quant à lui, traitait le sujet sous un autre jour en décrivant les degrés de l’humilité et de l’orgueil. Dans leur diversité d’approches, ces grands docteurs en spiritualité, et d’autres que nous ne saurions tous citer, nous enseignent bien ensemble la nécessité d’une progression sur le chemin de disciple à la suite du Christ, et la possibilité d’en mesurer de quelque manière l’avancement.

L’évangile d’aujourd’hui semble dur. Le contexte dans le parallèle matthéen est que les Apôtres n’ont pu guérir un épileptique à cause, dit Jésus, de leur « peu de foi ». Ici, leur requête : « Augmente en nous la foi » suit l’injonction du Seigneur de pardonner sans limite au frère qui a commis une faute contre nous. On comprend qu’ils se sentent en difficulté ! Pourtant, le Seigneur réagit comme s’il était excédé et les renvoie à la nécessité d’agir en serviteurs entièrement dévoués et désintéressés. En fait, ils voudraient un supplément de pouvoir, là où leur manque la parfaite obéissance de la foi.

Quelle que soit notre position dans le Corps qui est l’Église, avec les droits et les devoirs qui y sont associés, notre capacité à remplir notre charge selon la volonté de Dieu, à mettre en pratique la Parole entendue, dépend directement de la mesure dans laquelle nous sommes sanctifiés par l’Esprit. Or, l’Amour est la mesure de la sainteté, et l’humilité seule transfigure nos mouvements naturels, toujours mêlés d’égoïsme et d’orgueil, en cette charité qui dans sa pureté est l’apanage de Dieu lui-même. Il nous faut beaucoup de leçons amères, d’échecs et de frustrations pour, en les dépassant dans l’obéissance, en faire autant de degrés gravis vers la sainteté du Seigneur. Ainsi, dans l’abaissement avec lui grandit notre joie en lui.


Forum