CHACUN EST PRIE DE CONTRIBUER

dimanche 27 novembre 2005.

Éditorial du dimanche 27 novembre 2005

Pour un cadeau de départ, tous mettent volontiers la main à la poche, soit par désir d’exprimer leur reconnaissance ou leur affection à celui qui s’en va, soit par simple bon sens de la solidarité. Les plus généreux sont donnés en exemple, tandis que le récalcitrant, quelles que soient ses raisons, se fait mal voir des autres.

Le Seigneur Jésus se compare à un homme qui, parti en voyage, a laissé des pouvoirs et des instructions à ses serviteurs. Il pourrait se contenter de rappeler ses ordres, mais on dirait qu’il préfère nous prier : il nous dit et redit de veiller comme dans une supplication insistante. Il nous donne ainsi à comprendre de quoi il s’agit. En effet, il s’agit d’abord de prière. Pour répondre à la demande du Christ, en ce temps de l’Avent, chacun est prié de faire un effort réel dans ce domaine. Et ce n’est pas forcément une question de temps : dire au réveil un Notre Père ou un Je vous salue Marie ne vous fera pas lever plus tard, au contraire. Essayez donc de parsemer ainsi votre journée de petites oraisons mentales qui ne coûtent rien.

Peut-être le faites-vous déjà ? À la bonne heure ! Vous trouverez sûrement à le faire mieux et plus souvent, et peut-être autre chose encore. Que chacun cherche ce qui lui convient, qu’il n’hésite pas à demander conseil à toute personne avisée, mais surtout que personne ne manque de répondre à l’appel.

Il s’agit aussi de travail, plus précisément de l’œuvre de l’Évangile. Chacun pourra témoigner un peu plus de notre espérance chrétienne dans sa vie : par des gestes d’amour ou des paroles de foi nous annoncerons autour de nous le cadeau merveilleux de Dieu, la venue du Seigneur au monde.

Marc Lambret, curé


Forum