Des Rameaux et des Palmes

vendredi 7 avril 2006.
L’un des deux évangiles proposés cette année pour la liturgie de Rameaux, Jean 12,12-16, se conclut par cette phrase : « Les disciples de Jésus ne comprirent pas sur le moment ; mais quand il eut été glorifié, ils se rappelèrent que l’Écriture disait cela de lui, et que c’était bien ce qu’on avait fait pour lui. » Jean, par le choix des mots, souligne plus qu’aucun autre évangéliste que Jésus, à son entrée dans Jérusalem, n’accepte pas sans réserve l’hommage de la foule : elle l’accueille avec des palmes et l’appelle roi d’Israël, évoquant ainsi la restauration maccabéenne accomplie dans le sang des ennemis. C’est pourquoi il trouve alors un petit âne et s’assied dessus, manifestant sa venue en tant que roi pacifique et universel. Tel est en effet le sens de la citation du prophète Zacharie, replacée dans son contexte : « Ne crains pas, Fille de Sion. Voici ton roi qui vient, monté sur le petit d’une ânesse. » Cette discussion silencieuse, opérée par l’échange non de mots mais de symboles, est clairement inscrite dans l’épisode johannique des Rameaux. Elle explique la formule sibylline traduite dans la liturgie par : « C’était bien ce qu’on avait fait pour lui. », qui est littéralement : « Et c’est ce qu’ils lui firent », En réalité, ces mots renvoient à l’accomplissement des prophéties dans la Passion de Jésus : “ils lui ont fait tout ce qu’ils ont voulu”, les hommes qui ont refusé la paix de Dieu venue en personne au milieu d’eux. Ils ont rejeté le Christ hors de la ville et l’ont cloué au gibet avec fureur, cruauté et mépris. On ne trouve pas dans l’Écriture d’annonce explicite de la crucifixion du Messie, ni même que le Messie devait être rejeté et mis à mort. Pour comprendre que, pourtant, la parole de Dieu avait bien annoncé ce qui s’est passé, il faut entrer dans une intelligence des Écritures qui dépasse la servitude de la lettre. Cette intelligence supérieure ne vient pas d’un tour de force de génies plus perspicaces ou plus modernes, mais de l’Esprit Saint qui est donné à ceux qui croient en Jésus ressuscité et qui lui obéissent en marchant à sa suite. C’est bien ce que nous faisons en célébrant les Rameaux et la Passion de manière à en vivre.

Forum