LES SEPT DONS DU SAINT ESPRIT - Éditorial du dimanche de la Pentecôte 4 juin 2006

jeudi 1er juin 2006.

« Sur lui reposera l’esprit du Seigneur : esprit de sagesse et de discernement, esprit de conseil et de force, esprit de connaissance et de crainte du Seigneur qui lui inspirera la crainte du Seigneur », annonce le prophète Isaïe (Is 11,2-3). Autrement dit, Dieu donnera à son peuple un Roi fils de David muni de toutes les qualités nécessaires pour prendre et tenir les bonnes décisions [1].

-  Sagesse : une humanité formée à une culture vaste et féconde.
-  Discernement : un jugement équilibré sur les personnes et les situations.
-  Conseil : l’art d’écouter les autres et celui de les persuader.
-  Force : capacité à patienter et à décider en temps opportun,
-  courage pour tenir contre l’adversité.

Voilà ce qui qualifie quiconque prétend à la fonction de chef d’État ou de gouvernement.

À ces aptitudes de base viennent s’ajouter la connaissance et la crainte du Seigneur : serait-ce un simple supplément d’âme spécifique du Messie d’Israël ? En réalité, bien au contraire, il s’agit de la qualification fondamentale de tout chef digne de ce nom : la reconnaissance de son devoir sacré de défendre et promouvoir la justice, en premier lieu au bénéfice des pauvres et des faibles.

Toutefois, si la mention de la crainte du Seigneur est redoublée dans la prophétie, c’est bien parce que ceux qui règnent en maîtres sur les hommes aiment à se faire appeler bienfaiteurs même quand ils font sentir durement leur pouvoir. Parmi les fils de Dieu il n’en est pas ainsi, mais celui qui voudra devenir grand et premier parmi eux sera leur serviteur et leur esclave.

Non seulement les chefs du peuple, mais chaque chrétien est appelé à recevoir à sa mesure les qualités du Roi, car tous ensemble sont consacrés dans le baptême qui confère le sacerdoce royal. Et chacun reçoit dans le sacrement de Confirmation sa part des dons qui permettent au corps d’exercer sa fonction dans le Christ, dont le nom signifie l’onction de l’Esprit Saint.

Voir en ligne: Homélie de la Pentecôte 2006.

[1] La liste traditionnelle des sept dons s’obtient en ajoutant “la piété”, comme interprétation de la première mention de la crainte de Dieu. En outre, elle isole “la connaissance” du contexte où il s’agit de “la connaissance de Dieu" pour en faire « “la science”. Enfin, elle énonce “l’intelligence” plutôt que "le discernement".


Forum